Une simple analyse – Qui en vaut bien une autre?

Posted on 25 septembre 2010

0


J’ai beau, en tant que simple citoyen, chercher: je n’ai pas réussi à en touver d’autre.

De quoi? Mais voyons: de (dé?)raison.

« Kesako? »

La France, (auto-)proclamée comme « LE (= « moi-je…? ») pays des droits de l’hom(m)e* »: en arriver là…

Mais pourquoi donc?

Mais peut-être que se demander: « Pourquoi? » reste trop connoté… « d’un autre monde » (il y a un âge tout particulier pour ça: 4 ans – Tous les parents, tantes, oncles, marraînes, parrains etc… savent que c’en est véritablement l’apothéose).

Lu, vu, entendu sur le sujet, un nombre certain: d’articles, d’émissions (pas tant que ça, en fait, pour être honnête –concernant ledit medium-, refusant « d’avoir » la télé – y compris via l’ADSL -, chez moi, depuis des années: mais vidéos), de blogs/sites web (« Cerise sur le gâteau », au passage ? lire: « Gauche libérale: de l’oxymore au pléonasme »), et franchement, il y aurait de quoi en perdre son latin.

Et le « déclic », anodinement, écoutant récemment à la radio l’un des conseiller (d’ailleurs -tout au moins officiellement- fort écouté, en haut-lieu) de qui on sait, est apparu!

Pas besoin d’avoir « tout lu Freud » (seuls 2 ou 3 rudiments de base suffisent), pour m’étant dit, en entendant… un certain passage: « Mais bon sang, mais c’est bien sûr!… »

La france & les Français(e)s ont beaucoup de défauts, mais, au-delà de leur gastronomie & de ses paysages, ils ont toujours eu un esprit de créativité hors du commun (à partir du moment où, individuellement parlant s’entends, on ne leurs met pas systèmatiquement « des bâtons dans les roues »…). Sinon: « système D », résistance passive, et j’en oublie!

Et voilà où j’en suis, côté analyse: l’Etat français – en tant qu’institution!-, est dans une situation financière catastrophique (au bord du gouffre) -je vous, rassure, à ce sujet, les causes restent à définir. N’est-pas? Son unique et seul souci, majeur? TOUT faire pour que les taux d’intérêts (défalqués de l’inflation –réelle…-, s’entends: autrement  dit, on parle ici de taux d’intérêt réels), en ce qui la concerne, n’effectuent pas un… « dérapage non-contrôlé » (aux effets dévastateurs, à la manière, « quasi-artistique », de la Grèce…).

Et « au jour d’aujourd’hui », on n’en est même plus « Au jour, le jour », mais à une navigation à vue si ce n’est pas pire…

Gouvernance par la peur, le plus grand des classiques, via des mesures (dites-) »populistes ». L’essentiel? « Du pain & des jeux, même du plus mauvais goût : la chasse à la bécasse, cela occupe… le terrain! Car si cela « déborde » -du côté d’une certaine frange (…) de la population, direction « LA Cata…strophe », côté politique internationale, et en particulier : « couple » franco-allemand (qui n’existe déjà plus depuis longtemps, et des deux côtés: bein voyons!).

C’est la seule explication objective & factuelle à tout ce que nous avons vécu ces dernières semaines, tout autant objectif & factuel (bizarre! De ce côté-ci, c’est masculin: viril? Autrement-dit: martial?– ), et tout particulièrement pour certains -, que j’ai trouvée.

Ah oui, j’allais oublier: l’enjeux? La sortie de l’euro de l’Allemagne -ou non-, est, à mon avis, tacite (« même pas besoin d’en parler », celle-ci ne constituant techniquement aucun problème: effectuée « dans la nuit »…), « au cas où »  Le Pays des Droits de l’Homme devait « faire partie de la prochaine charette« , qui ne saurait tarder à démarrer…

Que croyez-vous! Financer un rapprochement avec la Russie (avec évidemment retour quasi-immédiat sur investissement, et prénnité assurée sur une à deux génération(s): « winner/winner »!), cela coûtera bien moins cher pour elle, que de continuer  les « pays du Club Med », dont fait partie la France, lesdits pays se payant le luxe de ne même pas réspecter les accords signés.

Mettez-vous, ne serait-ce que 15 secondes, à la place de l’Allemagne:  elle a mieux à faire que de « se payer une danceuse », en particulier si la dance est de plus en plus de mauvais goût! En effet, de par les compétences qu’elle a acquises par sa réunification (suivez mon regard: une personne étant Chancelier lors de la réunification, qui, dès la sortie de ses fonctions publiques, fait partie de la direction de… Gazprom: cela ne vous inspire-pas?…),  pour elle, de toute manière, la délivrance du M… actuel. Pas plus, pas moins.

La tentation doit-être en tout cas très grande, le tout étant de choisir le bon moment. Economiquement, « le clignotant est au vert », reste la gestion politico-diplomatique à formaliser…

Et ce qui va en mon cens, c’est que l’on insite médiatiquement, sur la possibilité inverse: sortie de la Grèce, et des autres pays à problèmes – côté populiste mis en avant -, sans jamais parler de ce ce qui est bien plus probable, les pays vertueux s’excluant du M… de par eux-mêmes. Simple & efficace, non?

D’où, pour le moins, la… « fébrilité » actuelle entre Madame Merkel (citation: « Le déjeuner s’est bien passé, pour ce qui est de la qualité des plats. » – 16/09), et Monsieur Sarkozy.

A la limite (ne soyons pas « parano », tout de même!)? Une certaine forme de… « chantage », auprès de l’Allemagne, pour des raisons (d’Etat(s)?), qu’en tant que  simple citoyen, on ne connaîtra jamais, la France étant acculée à pratiquer ce genre de méthode, des moins glorieuses, mais, éventuellement PONCTUELLEMENT « efficace » (…)? En tout cas, démonstration magistrale -historiquement parlant: du plus mauvais goût! -, de l’état (avec un « e » minuscule, pardon!), actuel parfaitement (bien) « franco-français »… Gravissime (avec un « G » majuscule). cf. ici, afin d’avoir une vision… « superficielle » de la situation actuelle…

Et bien, si par hasard je n’avais pas tort, « je ne vous dis pas l’Ambiance! »: tout simplement, et en direct, « la fable du Roi nu », d’Andersen, bien connue des enfants… de 4 ans

Mais bon, « je ne suis pas Einstein!  » En avez-vous une autre? Merci de m’en faire part (de mariage… ou de décès?). Post restante….

Et au plus haut niveau?

« Etre pris pour un idiot aux yeux d’un imbécile est une volupté de fin gourmet. » (Courteline).

Jane Birkin & Serge Gainsbourg – La Décadanse

Citation: « Take the money… And run! » (Gainsbourg)

NOTA: Y aurait-il « de l’uranus » dans cette ananlyse? Je souhaite très sincérement que non. Mais, tout autant, je crois que oui. Sinon, je ne l’aurais pas formalisée par ce billet! Merci qui? Merci au « super-conseiller ». Tout autant sincérement…

Oups, pardon, j’allais oublier l’essentiel: ma recette préférée! Et je ne suis pas le seul…

* « Home, sweet home… »

PS Entendu sur une radio, un économiste donnant -parmi d’autres-, deux « chiffres » (Ah bon? En français, ce sont des nombres, puisque composés de plusieurs chiffres): 800 milliards d’euros à mettre en espèces sonnantes et… trébuchantes, sur la table, au niveau européen (zone euro, par l’ensemble de ses membres dont… l’Allemagne), au cas où la France ne ferait-pas partie de la prochaine charette, et (vous êtes-bienaccroché(e)?…), … 2.000 milliards, « au cas où » ce serait le cas!!! Inutile de dire que l’économiste -dont j’ai oublié le nom-, était loin de donner l’air d’être un… « rigolo de service » (commandé?), du type de certains que l’on peut, à l’occasion, entendre parler, sur le sujet (imposé?). De plus, de par son âge: ce n’est pas… « un débutant ». Mais certes: on peut dire « n’importe quoi », en économie (comme partout, d’ailleurs…). J’ai en tout cas entendu ces propos, bien précis. L’important? Pas les montants -à la limite: aucune importance! Et je dirais même qu’ils sont forcément « faux », puisque « calculabres » (« (Y)A bon?… ») qu’à postérori-, mais plutôt le différentiel, entre les deux « cas de figure » (imposée?), étudiés. On comprends mieux les « difficultés », de toute nature, actuelles… Suivez mon regard! CQFD

Maintenant c’est à moi de poser les questions: « est-ce que » (Ah, c’est déjà mal parti…) l’Allemagne est prête à financer au prorata, bien évidemment, « la rigolade », au cas où ferait (non seulement) partie (mais en serait même l’élément… principal), de la prochaine « charrette », la France, … ou non? (Ouf! On s’est rattrapé à temps!).

Si c’est (à priori) oui: « Où est le problème? », pour la France. « On continue à vivre comme avant », tel le neveu à l’oncle « pépére au capital prospère » (cf. oeuvre de Jules Romains). Si c’est (à priori) NON, on comprends ainsi parfaitement le malaise actuel « entre les deux pays » (pour ceux qui m’ont suivi -Et you, une bouteille de R…m*-, voilà le but… ultime de toute cette bien médiocre prose!!!

Réponse? Dans lesprochains (é?)mois… Je ne suis pas devin, et, en tant que simple citoyen, cela commence à « me dépasser » (ainsi qu’à m’emmerder, pour être tout simplement… franc).

* « Home, sweet home… »

** Lettres intermédiaires autocensurées: « c’est mon droit, non? »! Et ça explique tout…

Publicités