OS GNU/Linux Aptosid 2010-02 « Κῆρες » – Aptosidbox

Posted on 14 septembre 2010

0


Je viens de découvrir l’existence de l’OS GNU/Linux Aptosid, dont la version 2010-02 vient de sortir, ce 14/09.

La version « KDE-full » (2,2Go) me paraît directement la plus intéressante, incluant un certain nombre de langues dont le français, et le bureau KDE.

Cerise sur le gâteau? Au démarrage, vous pouvez choisir de changer de bureau -icône en bas de la page de démarrage-, qui, par défaut, est KDE. Et pour lequel? Pas n’importe lequel: Fluxbox! Autrement dit, celui où, d’un simple clic-droit de la souris, le menu général apparaît. A cette occasion au cas où vous choisiriez Fluxbox AU PREMIER DEMARRAGE, « Aptosid » se renommera « Aptosidbox » (à ce que j’ai compris): une forme de délicatesse… Vous pouvez sélectionner à tout démarrage l’un des deux bureaux, et le configurer très facilement pour que Aptocid redémarre automatiquement sur le précédent bureau ayant fonctionné (découvert au bout de 3 jours d’utilisation…).

Par ailleurs, cet OS basé directement sur « Debian sid » (la version la plus moderne, mais pouvant par définition créer une certaine instabilité), contient de nombreux logiels « open source », tous libres d’usage et gratuits.

Aptosid n’est donc pas un « fork » de Ubuntu, étant basé directement sur Debian.

Certes, le fond d’écran choisi – sous KDE -, ne vous semblera pas forcément des plus heureux (tous les goûts sont dans la nature), mais rien de plus simple pour en changer!

L’intérêt est aussi de ne pas avoir à mettre à jour « tous les six mois » son OS, puisque vous l’êtes à votre convenence,, et complétement, ceci par 2 manipulations, distinctes:

A/ –  » # apt-get dist-upgrade  » , dans le terminal, pour le téléchargement, une fois reconnu comme l’administrateur (« su » ou « sux« , au choix, puis mot de passe administrateur -second mot de passe choisi lors de l’installation (demandé) -, et enfin:  » # apt-get install linux-image-2.6-aptosid-686 linux-headers-aptosid-686 « (ne vous faitguez-pas: faites 2 copier/coller, avec ma pleine et entière autorisation!). Cela marche parfaitement dans mon cas, et devrait continuer à marcher tant que  » linux-image-2.6-aptosid-686  » est en version « 2.6 » … Il y en a encore pour un moment!

B/ La manipulation exacte est la suivante (testée… et approuvée pour vous): quand, à l’allumage du PC, vous arrivez sur la page où l’on vous demande votre nom et votre code d’utilisateur, cliquer simultanément sur les touches « Ctrl« , « alt » et « F1« . Vous vous retrouvez sur un terminal, mais en dehors du système habituel . Mettre « root » (en 4 lettres!), et votre mot de passe de « root » (d’administrateur), que vous avez choisi à l’installation de l’OS (le second!). Cela a marché, à partir du momen où le « $ » s’est transformé en un « # ». Dés lors, faire: 1. init 3 (permet de fermer complétement KDE: essentiel!) 2. Dès qu’il ne se passe « plus rien », appuyer sur la touche « Entrée ». 3. Faire: apt-get update 4. Une fois fini, faire: apt-dist-upgrade 5. Une fois terminé, faire: apt-get clean 6. Faire obligatoirement ensuite: init 5 && exit Vous vous retrouverez ainsi de manière orthodoxe pour le système sur la page d’accueil, où vous avez à indiquer votre mot de passe d’utilisateur habituel. Autrement dit: précis, simple, efficace et… sans bavure! Pourquoi donc faire cette manipulation en-dehors du système, et donc en dehors de KDE? A mon avis: car cette manipulation met à jour le système lui-même (et donc le bureau KDE…), tout simplement, et que l’on ne peut pas modifier de manière pérenne des fichiers ouverts (en l’occurence: KDE!).

ATTENTIONS cependant! Soyez dans le cadre du  » B/  » OBLIGATOIREMENT précis!!! « Copier/coller » autorisés… sinon-même indispensable, pour être certain(e). N’oubliez AUCUNE étape (j’aurais insisté…).

Une version française du manuel d’utilisation d’Aptosid est disponible sur le site. « Deb-abon-Air sidux » existe aussi, mais sa dernière m.à.j date du 01/07/09: toutefois ce site peut être parfaitement intéressant, en particulier pour les « nouveaux arrivants ».

ex: pour « simplement » mettre à jour manuellement le noyau (Debian), faire, après s’être inscrit par le terminal en tant qu’administrateur (=  » su  » , ou « sux » , puis mot de passe administrateur ) : 1.  » # apt-get update  » 2.  » # apt-get install linux-image-2.6-aptosid-686 linux-headers-2.6-aptosid-686  » , attendre que le travail ait été fait, et redémarrer le PC. Vous remarquerez « aptosid-686 » = « noyau pour processeur de famille i686 doté d’un simple/double/coeur et plus de CPU » (source: manuel disponible en français, sur le site): et surtout, ça marche! Résultat: noyau 2.6.35-4! Et le noyau  » aptosid-AMD64  » est tout aussi disponible dans les dépôts par défaut que  » aptosid-686  » …

On peut affirmer que l’équipe Aptosid a l’air actuellement particulièrement active.

A consulter, l’article Wikipedia (en anglais).

NOTA: en une journée d’utilisation, je ne peux que conseiller cet OS basé sur Debian, ayant à première vue remarqué un certain nombre d’avantages, en particulier: sa rapidité, sa simplicité d’installation, le choix pertinant du bureau KDE par défaut (possibilité de Fluxbox), la qualité des logiciels installés, conséquents, OpenOffice.org en version 3.2.1, et autres logiciels à jour (K3b 2.0.1, etc.), manuel d’instruction disponible en français sur le site, la certitude de pouvoir avoir à jour son OS à tout moment; et à l’installation, aucun logiciel propriétaire. Côté défauts? Peut-être de devoir développer ses connaissances en « lignes de commandes » (= l’ironie de l’histoire!), simplement pour les manipulations décrites ci-dessus. Pas de version 64 bits à priori, une simple version 32 bits, faite à priori pour processeurs à partir des 486. Mais avec la manipulation manuelle décrite ci-dessus (dans l’exemple), on peut très facilement « rectifier le tir ». A priori, une certaine « instabilité » (qui reste à définir!), avec le choix de se référér à « Debian sid« , mais on peut raisonner de la manière inverse: les mises à jour sont faites aussi pour rectifier des bogs… Bref, un avis des plus favorable, pour celles et ceux souhaitant un OS fiable – Debian est réputé pour cela -, sous bureau KDE, permettant, si souhaité, une mise à jour du noyau, et étant indépendant d’Ubuntu.

Publicités
Posted in: Internet, Linux